JOUR 3 > Vendredi 29 septembre

08h30 - 09h00 : ACCUEIL

Un accueil-café vous sera proposé à partir de 8h30.

 

 

09h00 - 12h00 : CONFERENCE PLENIERE DE CLOTURE

Lieu : Espace François Mitterrand - Place Philibert Renaud - 46100 Figeac  - Plans et accès

 

La conférence plénière de clôture sera articulée autour de trois séquences.

 

> Scénarios énergétiques : comprendre demain pour agir aujourd’hui

Depuis 2003, les travaux de l’association négaWatt ont accompagné toutes les étapes de la progression de la transition énergétique dans les esprits et les textes législatifs et réglementaires, jusqu’à conduire dernièrement à l’inscription des principes fondateurs de sa démarche – sobriété, efficacité énergétique et développement des énergies renouvelables – dans le Code de l'énergie.

4ème version d’un exercice mené de manière toujours plus riche et complexe, le scénario négaWatt 2017-2050 publié au début de l’année confirme que le « 100 % renouvelables » est possible dès 2050. Il identifie plusieurs points clefs pour la réussite de la transition énergétique.

En particulier, le rôle du vecteur gaz dans la transition énergétique, au côté du vecteur électricité, sera explicité : production de gaz renouvelable par méthanisation, capacité de stockage et conversion (power-to gas), usage du biométhane carburant pour la mobilité…

Par ailleurs, la Région Occitanie s’est fixé pour ambition de devenir la première « Région à énergie positive » d’Europe. Soutenue par l’Ademe, la démarche vise à couvrir 100 % des besoins en énergie du territoire par des énergies renouvelables locales à l’horizon 2050. Au premier semestre 2017, la Région et l’Ademe ont mobilisé des experts pour les accompagner dans l'élaboration d’un scénario régional, déclinant des objectifs par secteur et par filière, en termes de réduction des consommations d'énergie et de production d'énergies renouvelables. Les principaux enseignements de ces travaux techniques seront présentés.

Mais ce seront aussi et surtout les orientations en terme de politiques publiques et de mise en œuvre opérationnelle qui détermineront la réussite du projet. Ainsi, le dispositif de concertation mis en place au second semestre 2017 pour identifier le scénario à retenir et les actions concrètes à mettre en œuvre fera l’objet de toutes les attentions.

 

Avec les interventions de :

 

> Les réseaux électriques : clef de voûte de la transition énergétique

La transition énergétique entraîne de nombreux bouleversements pour le système électrique, sources de défis et d’opportunités : elle voit ainsi l’émergence de nouvelles formes de production variables et plus décentralisées sur le territoire, ou encore de nouvelles formes de consommation, plus flexibles et satisfaisant de nouveaux usages comme le véhicule électrique ou les objets connectés. A l’interface entre la production et la consommation, les réseaux sont au cœur du système électrique.

Les communes sont propriétaires des réseaux de distribution d’énergies et autorités organisatrices de la distribution depuis 1906. Au niveau local, les gestionnaires de réseaux de distribution sont des partenaires déterminants pour les collectivités dans l’élaboration de leurs plans d’aménagement du territoire et d’organisation des déplacements, ainsi que dans leurs stratégies énergétiques. Avec la transition énergétique, les réseaux électriques, aujourd’hui peu denses et généralement faibles en territoire rural, doivent largement évoluer.

Digitalisation, autoconsommation, flexibilité, stockage, règles de dimensionnement… sont autant d’enjeux techniques qui seront abordés. Par ailleurs, la question fondamentale de la gouvernance des réseaux sera posée. Il est en effet nécessaire de réinventer les espaces de dialogue et de décision par lesquels les collectivités, gestionnaires de réseau, autorités concédantes et producteurs pourront se forger une culture commune et s’assurer ensemble de possibilité d’atteindre les objectifs partagés de transition énergétique, dans une logique d'intérêt général et de moindre coût pour la collectivité.

 

Avec les interventions de :

  • Michel TEYSSEDOU, Président du Syndicat d'énergies du Cantal
  • Nicolas WOJNAROWSKI, Responsable du département Collectivité et Territoires chez Lien externe Enedis
  • Jacky AIGNEL, Maire du Lien externe Mené, fondateur du Lien externe réseau TEPOS
  • Marc JEDLICZKA, Directeur général d'Lien externe HESPUL, Vice-président du Lien externe CLER

 

> Les acteurs agricoles : moteurs des transitions au sein des territoires

Notre alimentation, de la fourche à la fourchette ou du champ à l’assiette, représente un quart de nos consommations d’énergie et un tiers de nos émissions de gaz à effet de serre, soit à peu près autant que le bâtiment ou les transports. La transition énergétique ne se fera donc pas sans une transition alimentaire et agricole dont les principales mesures de sobriété et d’efficacité sont à dividendes multiples, pour notre santé et pour la préservation des sols, de l’eau, de l’air et du climat, mais aussi pour produire de la biomasse pour l’énergie et les matériaux en substitution de ressources non-renouvelables et polluantes.

Les agriculteurs peuvent et doivent être des acteurs moteurs de la transition énergétique au sein des territoires et replacer l’agriculture comme source de solutions face au changement climatique. Et ceci d’abord pour eux-mêmes ! L’énergie coûte cher à la ferme France ; en moyenne, environ 7000 euros par exploitation et presque le double, si l’on y ajoute le coût de l’énergie indirecte lié aux engrais et aliments. Elle sera un facteur de compétitivité de plus en plus décisif dans les années à venir. Par ailleurs, le secteur agricole se saisit de l’opportunité que représente la production des énergies et matériaux renouvelables, en particulier la biomasse. Ces nouvelles activités et débouchés permettent de diversifier leur revenu, tout en confortant leur vocation à nourrir les hommes.

 

Avec les interventions de :

 

En fin de conférence, la Communauté de communes du Grand - Figeac passera le témoin à l'organisateur des Rencontres 2018.

L'animation de la plénière sera assurée par Yannick REGNIER, responsable de projets au Lien externe CLER - Réseau pour la transition énergétique, et animateur du Lien externe réseau national TEPOS.

 

 

09h00 - 12h00 : LABOS

En parallèle de la conférence plénière, se tiennent 3 ateliers de travail appelés "labos". A partir d'une problématique précise, pour laquelle aucune solution pré-existante n'est identifiée, les participants échangeront leurs connaissances et idées, et co-construiront des pistes de travail pour avancer.

Les labos sont réservés aux personnes maîtrisant un minimum le sujet traité, dans la mesure où tous les participants seront amenés à être force de proposition. Les animateurs se réservent la possibilité d'évaluer en amont les connaissances et compétences des participants.

Attention, nombre de places limité !

Les Labos sont complets. Vous pouvez néanmoins demander, lors de votre inscription, à être mis(e) sur liste d'attente (en cas de désistement d'un(e) participant(e)), en le précisant dans la partie "commentaires" de votre formulaire.

Labo 1 : Chiffrage de la valeur locale

Chiffrage de la valeur locale

Produire des évaluations socio-économiques de la transition énergétique territoriale

Note préalable : ce laboratoire se dirige en priorité aux personnes qui représentent un territoire qui a un projet en route ou en préparation en lien avec un chiffrage des bénéfices socio-économiques autour de la facture énergétique territoriale ou l'évaluation de l’impact en emplois de la transition écologique à l’échelle territoriale.

 

Problématique

Au-delà de ses bénéfices environnementaux, la transition énergétique territoriale aura assez rapidement un impact positif sur l’économie territoriale ainsi que sur l’emploi local. Le chiffrage de ces bénéfices socio-économiques, existants ou attendus, de la transition énergétique représente donc un levier puissant de mobilisation des élus et acteurs économiques des territoires.

Le labo sera articulé autour de deux enjeux spécifiques : établir une facture énergétique territoriale, et évaluer l’impact en emplois de la transition écologique à l’échelle territoriale.

Il s’appuiera sur deux initiatives en cours :

1. La communauté de travail Région Auvergne-Rhône-Alpes - ADEME - DREAL et le groupement Transitions-Auxilia (AMO en charge du réseau régional des TEPOS-CV Auvergne-Rhône-Alpes), avec le soutien de RAEE, de la FIBRA et de la CERA, ont réalisé des monographies économiques pour 5 territoires TEPOS d’Auvergne-Rhône-Alpes, comprenant des focus sur les filières rénovation énergétique et bois-énergie. La première version des monographies produite en 2016 donne aujourd’hui lieu à un travail d’approfondissement, dans le but d’élaborer une nouvelle version d’ici à fin 2017.

2. Le Réseau Action Climat (RAC) et l’ADEME ont lancé en 2017 au niveau national la construction d’un outil de quantification des emplois liés à la transition énergétique territoriale, en collaboration avec Philippe Quirion, chercheur au CIRED et spécialiste du sujet. Cet outil a vocation à être mis à disposition des territoires et des associations dans le but de sensibiliser les acteurs locaux à l’importance de la transition énergétique sur l’emploi. Cet été, l’outil de calcul sera testé sur deux territoires : la Région Hauts-de-France et le TEPOS Grand Annecy - PNR des Bauges - Chambéry Métropole.

Les questions suivantes seront abordées avec les participants au labo, déjà impliqués sur ces enjeux :

  • Qu’attendent les acteurs de ce type d’outils ?
  • De quelles données les acteurs disposent-ils et quels sont leurs besoins additionnels ?
  • Quelle méthode de travail peut être déployée pour avancer vers une harmonisation des approches ?
  • Quelle échelle territoriale est la plus pertinente pour la mise en application de ces outils ? 

 

Animateurs

Bruno REBELLE, Directeur, Transitions

Meike FINK, Responsable Transition Juste, RAC-F

 

 Voici mes attentes !

Labo 2 : Paysages en transition

Paysages en transition

Faciliter la transition énergétique par le projet de paysage

 

Problématique

Les paysages de l’après-pétrole sont « déjà-là ». Certains territoires les ont déjà mis en œuvre, mais le plus souvent de façon ponctuelle, sur une thématique (mobilité, habitat, agriculture). Il s'agit désormais de généraliser la démarche en réfléchissant à la manière dont les transitions, de manière globale et transversale, peuvent s'organiser spatialement sur nos territoires et faire ainsi évoluer nos paysages.

Comment les territoires peuvent-ils s'orienter vers l’économie et l’usage de nouvelles énergies, locales, renouvelables, tout en anticipant la dimension spatiale, le paysage, que cela va créer ?

Le labo s'appuiera sur une exposition illustrée présentant quinze territoires aux caractéristiques diverses et ayant comme point commun d'avoir engagé leur transition par le projet de paysage.

Plusieurs territoires (Pays de Retz, CC du Thouarsais, PNR des Monts d'Ardèche), actuellement accompagnés dans leur démarche par le Collectif Paysages de l'après-pétrole, témoigneront de ce qu'ils attendent d'une telle démarche : faciliter la transversalité et dépasser les logiques sectorielles ? Permettre d'impliquer une multiplicité d'acteurs et d'habitants ?

Enfin, un échange avec les participants permettra de poursuivre la réflexion à partir de leur propre territoire, et de construire collectivement des pistes pour faciliter la transition énergétique sur leur territoire par l'approche spatiale et paysagère.

 

Animateurs

Les membres du Lien externe Collectif Paysages de l'Après-Pétrole

 

Intervenants

Hugues BAUDRY, Chargé de projet développement durable, climat-énergie et urbanisme, Pays de Retz. Il sera accompagné par des élus de son territoire.

Des représentants du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche (sous réserve).

Des représentants de la Communauté de communes du Thouarsais.

 

  Voici mes attentes !

 

Aller plus loin

 

 

 

Labo 3 : Santé et Energie

Santé et énergie

Mettre en œuvre une stratégie pour prendre en compte les effets sanitaires de la précarité énergétique

 

Problématique

Les liens entre santé et énergie sont généralement très peu pris en compte dans les politiques publiques en faveur de la rénovation de l'habitat notamment.

Pourtant, les impacts sanitaires liés à de mauvaises conditions de logement ne sont plus à démontrer (voir par exemple la politique menée au Royaume-Uni).

Ainsi, comment intégrer les questions sanitaires dans le repérage et la lutte contre la précarité énergétique ?

Comment unir politiques de l'amélioration de l'habitat et réduction des impacts sanitaires des conditions d’habitation ?

Le labo devra permettre aux participants de partager un socle commun de connaissances sur les liens entre précarité énergétique et santé, afin d’être en capacité d’intégrer cette approche dans les politiques locales.

Pour cela, la première partie du labo sera découpée en deux temps :

  • Une présentation de l’étude, initiée et financée par la Fondation Abbé Pierre en 2013, sur l’impact de la précarité énergétique sur la santé. Cette étude a été réalisée par le CREAI-ORS Languedoc-Roussillon, l’association Gefosat et le PACT du Douaisis sur deux territoires : l’Est de l’Hérault et le Douaisis.
  • Un tour d’horizon de la perception qu’ont les participants, à partir de leurs positions respectives d’élu, de professionnel ou encore d’habitant, des problèmes de santé liés à l’habitat en général et aux questions énergétiques en particulier.

La seconde partie devra permettre de réfléchir à une ou des actions à mettre en œuvre sur le territoire pour intégrer la santé dans les plans d’actions déjà élaborés ou en cours d’élaboration (PCAET, Agendas 21, PDHALPD*…).

Comme pour la première partie, nous proposons de découper ce temps de travail en deux phases :

  • Une présentation de l’action « Quand le logement rend malade », portée par le CREAQ et le Conseiller Médical en Environnement Intérieur du Pavillon Mutualité en ex-Aquitaine. Ce projet, financé en 2016 par l’ADEME Aquitaine, la Fondation Abbé Pierre, la CARSAT et la DREAL, accompagne les ménages qui cumulent deux problématiques : problèmes de santé, potentiellement aggravés par l’état du logement, et précarité énergétique.
  • Un travail de réflexion en sous-groupes pour identifier sur chaque territoire les acteurs incontournables, ceux avec qui les liens existent, ceux qu’il convient de mobiliser, pour les trois phases essentielles d’un projet :
    • repérage des ménages en précarité énergétique,
    • orientation vers les bons interlocuteurs dans tous les domaines concernés : habitat, santé, énergie, action sociale…
    • suivi et évaluation.

*Plan Départemental pour l’Hébergement et l’Accès au logement des personnes défavorisées

Animatrices

Laura GAZAIX, Chargée de mission, Lien externe GEFOSAT

Nathalie DUVIELLA, Cheffe de projet Habitat et énergie, Lien externe CREAQ

 

 Voici mes attentes !

A PARTIR DE 11h00 : DISTRIBUTION DES PANIERS-REPAS

Les paniers-repas à emporter sont à retirer à l'Espace François Mitterrand - Place Philibert - 46100 Figeac  - Plans et accès

partenaires 7èmes rencontres nationales énergie et territoires ruraux 27 28 29 sept 2017